Oiseau de paradis : une beauté florale sur l’île de la Réunion

oiseau de paradis

L’Oiseau de paradis porte bien son nom. À La Réunion, cette plante originaire d’Afrique du Sud aux couleurs intenses impose sa beauté majestueuse dans de nombreux jardins créoles. Les fleuristes l’adorent pour l’utiliser dans des bouquets de fleurs coupées. Atypique, l’Oiseau de paradis se mérite : voici quelques conseils pour mieux connaître cette plante et l’entretenir du mieux possible.

L’Oiseau de paradis, une merveille sur l’île de la Réunion

L’Oiseau de paradis (Strelitzia reginae) qui n’a pas d’origine tropicale a été introduite à La Réunion pour sa beauté ornementale. Son nom commun provient de la forme curieuse de ses fleurs qui ressemble à une tête d’oiseau aux couleurs orange, bleu et jaune. Son autre nom : Strelitzia reginae, fait lui référence au nom de Charlotte Van Mecklenburg-Strelitz, l’épouse du Roi d’Angleterre George III.  Très originale, cette plante produit des fleurs à l’inflorescence magnifique.

Lorsqu’elle atteint sa maturité, ses fleurs sont assemblées dans une bractée en forme de navette, composée de 3 sépales orange et 3 pétales bleus. On apprécie aussi L’Oiseau de paradis pour la beauté de son feuillage. Cette plante rhizomateuse peut atteindre 2 m de haut et présente des feuilles persistantes d’un vert foncé qui ressemblent à celles du bananier. À noter que la plante produit des fruits sous forme de capsules qui libèrent des graines noires recouvertes de poils mous.

Sur l’île de la Réunion, on retrouve couramment le Strelitzia dans les parcs, les jardins créoles et les champs où il est cultivé. Le climat tropical humide de l’île lui convient très bien : on peut même encore l’observer à une altitude de 1.500 m. Sa préférence : les zones humides et ensoleillées. On peut notamment l’observer aux Jardin des milles et une saveurs à Saint-André et au Jardin des parfums et des épices à Saint-Philippe.

Conseils pour entretenir l’Oiseau de paradis

Les conditions optimales pour qu’un Oiseau de paradis puisse grandir et fleurir sont le soleil, l’humidité et la chaleur. Le Strelitzia nécessite un sol profond, riche en humus, frais et bien drainé. Si ces conditions sont respectées, alors les besoins en eau de l’Oiseau de paradis sont limités : un arrosage 1 à 2 fois/semaine suffit en veillant bien à ce que les racines ne pourrissent pas, ces dernières redoutent les excès d’eau. En saison hivernale, il n’a pas besoin d’être arrosé.

Magnifique plante ornementale d’extérieur, on préférera faire pousser l’Oiseau de paradis dans son jardin, mais on peut aussi bien l’installer dans un gros pot (40 à 50 cm de diamètre est une bonne taille) ou un bac profond. En intérieur, exposez la plante dans un endroit ensoleillé et éclairé, en plein soleil si possible, dans une fenêtre au Sud ou à l’Ouest. Le rempotage peut se faire tous les ans ou tous les 2 ans, suivant le développement de la plante.

L’entretien du Strelitzia est assez simple. Une fois fleuri – notez qu’il faut compter 4 ans avant la 1ère floraison, l’Oiseau de paradis n’a pas besoin d’être taillé. Il suffit de couper les feuilles séchées ou abimées, et d’enlever les vieilles tiges et les vieilles fleurs. Votre plante est alors prête pour refleurir à la saison suivante. Le Strelitzia qui aime la chaleur fleurit surtout en été. Sur l’île, la plante est très appréciée, car sa durée de vie en vase dépasse largement toutes les autres fleurs coupées.

Maladies et parasites

L’Oiseau de paradis a une nature rustique, il ne souffre donc pas trop de maladies et d’infestations. Son ennemi principal : les cochenilles farineuses, souvent visibles à la base des feuilles. En intérieur, si votre plante est dans un pot, mouillez les feuilles de la plante avec un jet d’eau puissant les cochenilles détestent l’eau ! Prenez la précaution d’enfermer le pot dans un sac plastique afin de ne surtout pas noyer les racines. Un autre traitement naturel qui a fait ses preuves existe : mélangez une cuillère à café d’alcool à brûler, une cuillère à café d’huile d’olive ou d’huile végétale et une cuillère à café de savon noir, et diluer le tout dans 1 litre d’eau. Pulvériser ensuite la solution sur les parties infestées de cochenilles. Dans un 1er temps, faites-le 2 fois de suite à 1/2 heure d’écart. Recommencez la semaine suivante, l’objectif est aussi d’éliminer les larves et les œufs pondus.

On reconnaît la pourriture aux feuilles qui s’atrophient – elles forment une sorte d’« accordéon », c’est souvent le signe d’un arrosage trop fréquent. Surtout, évitez d’utiliser des coupelles d’eau sous le pot si votre plante est en intérieur. À savoir : ne confondez pas le Strelitzia avec le caesalpinia gilliesii, un petit arbuste également surnommé « oiseau du paradis » ou « oiseau du paradis jaune » ; les graines et les cosses vertes de cette plante sont toxiques !

oiseau de paradis