L’avocat de La Réunion

avocat

L’avocatier (Persea americana Mill.) est un arbre tropical originaire du Mexique qui appartient à la famille des Lauracées comme le camphrier ou le cannelier. Son fruit, l’avocat, à la chair tendre et généreuse, est très apprécié sur l’île de la Réunion. L’avocatier est souvent planté comme arbre de cour dans le jardin créole réunionnais. C’est en 1789 que le botaniste Réunionnais Joseph Hubert a introduit cette plante à La Réunion. Sachez que c’est à ce personnage que l’on doit aussi sur l’île l’arrivée du letchi, du longani, du poivrier, ou encore de l’arbre à pain.

L’avocatier de La Réunion

L’avocatier est un arbre fruitier au feuillage persistant et peut atteindre jusqu’à 20 m de haut. Il pousse essentiellement dans les régions subtropicales. En métropole, on le retrouve essentiellement sur les côtes corses. C’est une espèce qui aime la chaleur, mais qui peut supporter des hivers doux une fois sa croissance engagée. Le climat chaud et humide de l’île lui convient assez bien, il s’épanouit jusqu’à 900 m d’altitude et dans les zones protégées du vent.

C’est un arbre rustique qui ne nécessite donc pas de traitement particulier. Son fruit l’avocat se développe naturellement grâce à la pollinisation des abeilles. Si les fleurs de l’avocatier, de couleur blanchâtre ou vert jaunâtre sont nombreuses, seul un pourcentage très faible donne des fruits. Une particularité de l’avocat est qu’il ne mûrit pas sur l’arbre : il croît, mais il faut le récolter et le stocker dans un endroit frais pour qu’il arrive à maturation. À savoir : la saisonnalité de l’avocat s’étale de janvier à juillet.

L’avocat dans le culture réunionnaise

La chair riche en matière grasse de l’avocat est connue pour réduire le taux de cholestérol sanguin et est bénéfique pour la santé cardiaque. C’est aussi un fruit riche en minéraux, oligo-éléments et vitamines, et réputé pour ses qualités antioxydantes. L’apport en vitamine C de l’avocat est comparable à celui de la banane.

Sur l’île, l’avocat est un ingrédient culinaire très apprécié. C’est pourquoi on le retrouve très fréquemment sur les étals des marchés. Beaucoup de Réunionnais aiment le déguster simplement, avec quelques gouttes de citron vert et une cuillère à café de sucre de canne. On aime aussi le consommer dans une salade variée, arrosée d’une vinaigrette.  

La recette du Rougail d’avocat (« rougail z’avocat ») de La Réunion est très prisée. Mélangé avec de l’oignon, du piment et de la tomate, la préparation n’est pas sans rappeler le célèbre guacamole d’Amérique du Sud.

Cultiver l’avocatier pour avoir des avocats chez soi

2 possibilités pour cultiver un avocatier chez soi. Vous pouvez d’abord planter en pleine terre la graine, soit le noyau de l’avocat. Pour cela, commencez par laver soigneusement le noyau avant de le planter, la pointe vers le haut, dans un mélange de terre standard. La plus grande partie du noyau doit être hors de terre. Faites le choix d’un endroit ensoleillé, mais pas directement exposé aux rayons du soleil. Arrosez faiblement le noyau. Au bout de quelques temps, la graine se fendra et les premières feuilles apparaîtront. Laissez en terre les restants du noyau jusqu’à leur pourrissement.

Une autre technique consiste à placer le noyau au-dessus d’un verre d’eau. Piquez les extrémités du noyau avec 4 cure-dents et posez-les sur le rebord du verre, la pointe du noyau orientée vers le haut, de manière à immerger la moitié inférieure du noyau dans l’eau. Choisissez une pièce chaude pour poser le verre. Renouvelez régulièrement l’eau (tous les 2 jours). Au bout de quelques semaines, le noyau va commencer à s’entrouvrir et les premières racines vont pousser vers le bas. Quand les racines auront atteint 1 à 2 cm, plantez alors le noyau dans un pot rempli de terreau. Idéalement, creusez une petite cavité au centre de la terre, et placez-y le noyau avec la tête dépassant légèrement la surface. Veillez ensuite à ce que la terre reste humide, puis les premières pousses apparaîtront.

Comme pour de nombreuses plantes tropicales, l’avocatier a besoin d’un arrosage régulier, mais sans excès, surtout durant les 2 premières années de sa vie, où il reste fragile. En grandissant, la plante a de moins en moins besoin d’eau. Lorsqu’il fait très chaud, vous pouvez vaporiser les feuilles de l’avocatier avec de l’eau non calcaire. L’avocatier aime la chaleur, exposez-le dans une pièce chaude avec une humidité atmosphérique élevée. Sachez-le : la plante ne supporte pas des températures inférieures à 6°C. Si vous arrivez à maintenir ces bonnes conditions, votre première récolte n’aura lieu qu’au bout de 8 à 10 années. En attendant, vous pourrez profiter de son très beau feuillage.

avocat
avocatier