fbpx

Comment choisir un palmier ?

latanier rouge

Le palmier, Arecaceae ou Palmeae, est l’une des espèces végétales les plus emblématiques des zones tropicales. Elle est classifiée comme plante monocotylédone. C’est-à-dire une « herbe géante » et non un arbre, reconnaissable à son tronc unique appelé stipe (tige non ramifiée), et à ses feuilles pennées ou palmées.

Le climat tropical de l’île de la Réunion lui convient en général assez bien. Il craint surtout le froid humide, en particulier les plants les plus jeunes. Les palmiers originaires des régions tropicales sont très appréciés pour leur aspect décoratif. De plus, ils nécessitent un entretien limité. Cependant, avant d’acheter un palmier tropical, il convient de se poser quelques questions pour choisir l’espèce la plus adaptée à son environnement et lieu de vie.

Palmier en pot, en bac ou planté dans le jardin

Sur l’île de la Réunion, il existe 6 espèces endémiques. Certaines sont communes à l’île Maurice, comme le palmiste rouge et le palmiste blanc. La grande variété de palmiers existante vous donne la possibilité de choisir une espèce qui s’adaptera à des configurations différentes. Vous pouvez ainsi très bien opter pour une plante qui sera cultivée dans un grand pot ou en bac pendant de nombreuses années. Vous pourrez profiter de la beauté graphique de votre palmier sur votre terrasse, en intérieur, dans une véranda ou dans une serre.

Pour installer votre palmier en intérieur, choisissez une espèce dont la taille sera compatible avec la hauteur de votre habitat. Il existe de nombreuses espèces de palmiers nains, qui vont de 1,50 m à 5 m de haut (tout est relatif chez les palmiers !). Le Phoenix Roebelenii ou Dattier du Mékong, par exemple, est un dattier nain qui s’adapte très bien aux conditions d’intérieur, planté dans un grand pot.

À l’inverse, dans un grand jardin, vous n’êtes plus limité en hauteur. Les plus grands palmiers peuvent mesurer jusqu’à 30 m de haut (voir beaucoup plus en pleine nature). Parmi les espèces endémiques de la Réunion, le palmiste rouge ou Acanthophoenix Rubra (jusqu’à 20 m de haut) est très gracieux et décoratif dans un jardin.

palmier triangulaire
palmier bismarckia nobilis

Attention à la taille adulte du palmier

Vous disposez d’un grand jardin pour y faire pousser un grand palmier, très bien. En revanche, si votre jardin reste de taille modeste, privilégiez-en un nain ou petit, comme le palmier Bombonne, le palmier Bouteille, ou encore le palmier Paul & Virginie. À l’âge adulte, ils ne dépassent pas 6 m de haut.

Un autre élément à prendre en compte pour choisir son palmier : à l’âge adulte, certains ont des racines robustes et résistantes. Celles-ci peuvent déformer, obstruer des canalisations, ou endommager des constructions. Une remarque valable si vous décidez de planter un palmier géant comme le palmier royal de Cuba ou le palmier de Bismarck (Bismarckia nobilis).

Exposition et besoin en eau

Le palmier est une espèce tropicale à laquelle le climat tropical et adouci de la Réunion convient bien. Cela dit, certaines espèces sont plus sensibles que d’autres à l’exposition au soleil et au besoin en eau.

Ainsi, si vous habitez la côte est de l’île, pluvieuse et humide, vous pourrez choisir un palmier gourmand en eau et qui supporte l’ombre. Le palmier à tronc rouge (Cyrtostachys renda), plante marécageuse inféodée ou milieu chaud et humide s’y plaira, tout comme le palmier à bétel ou aréquier (Areca catechu), originaire de l’Inde et de Malaisie. A l’inverse, si vous habitez l’ouest, choisissez-en un supportant la sécheresse du littoral. Par exemple, le palmier-dattier (Phoenix dactylifera) ou le palmier de Méditerranée (Chamaerops humilis) vous éviteront une consommation d’eau trop importante.

N’oubliez pas : comme n’importe quel autre végétal, même résistant aux fortes chaleurs, il a besoin d’un minimum d’entretien. Respectez ses caractéristiques en termes d’arrosage et de fertilisation. Certains palmiers ont besoin d’un terrain assez drainant. Taillez-le pour ôter les feuilles sèches ou jaunies et les anciennes inflorescences et fructifications.

Un choix esthétique

Une chose formidable avec les palmiers est la variété des espèces qui offre un choix infini (2.500 espèces différentes). Avec lui, tous les goûts sont dans la nature ! Choisissez entre ceux au feuillage palmé ou penné. Vous préférez les « petits modèles » ? Il existe de nombreux palmiers nains et eux aussi proposent une grande variété de couleurs et formes graphiques. Le Licuana grandis, « palmier cuillère » par exemple, reste relativement petit. En revanche il possède des palmes originales en forme circulaire d’où son nom.

À moins que vous ne succombiez au charme discret du latanier rouge, espèce endémique de l’île, dont les jeunes feuilles sont à marge rouge et épineuse, devenant gris vert bleuté à l’âge adulte. Certains palmiers se distinguent aussi à l’allure de leur tronc, comme le palmier bombonne, en raison de son tronc renflé en forme de carafe ou bonbonne. Un look trapu et épais qui ne passe pas inaperçu.